Vendredi 20 nov. 20h30 salle de L’Atelier (Villefranche-sur-saône)

Tout était là, très tôt. « Musique-cinéma, cinéma-musique », une énergie brute, des images qui claquent, le goût du beat et du chant qui jaillit. Tout était là très tôt, chez P.R2B.

Pendant ses études, lycée option cinéma, passage au cours Florent, et quatre ans à la Femis, dont elle sort avec un diplôme de réalisatrice, la musique n’est jamais loin. P.R2B chante dans un duo garage, convoque l’âme du mythique jazzman Moondog dans l’un de ses courts métrages, et surtout, compose, sans cesse, seule dans son home studio. Découverte en 2017 par La Souterraine, plaque tournante de l’underground francophone, P.R2B est repérée et s’entoure. Les concerts propulsent son talent unique et la poussent à mettre définitivement ses chansons en pleine lumière.

Il y a ces couples qui dansent, se séparent sur le quai d’une gare, des surfeurs, des naufrages, du chaos et des bagarres : quand Pauline ne filme pas d’images, elle les met dans ses textes, et l’on en perçoit l’atmosphère, les ombres et les lumières, aussi bien qu’au cinéma. L’impact de ses mots doit aussi bien à Barbara qu’à Kanye West, à Tyler the Creator qu’à Catherine Ringer : de ce contraste naît toute leur modernité.

« Je ne peux dire qui je suis qu’en pleurant, en riant, en tremblant. Nous vivons une époque où les gens sont en colère, on ne peut pas la leur enlever. Il y a là une idée de radicalisme, de combat. La sincérité, entrer en déflagration, ce n’est pas désuet. Accepter de dire je, c’est accepter de dire nous. » P.R2B